Accueil Auteur
Auteur

Laurent

Le projecteur portable est un dispositif très pratique, dont l’utilisation s’est généralisée ces dernières années. Compte tenu de la variété des modèles et technologies, choisir son vidéoprojecteur portable n’est pas toujours facile. Découvrez les différents critères de choix d’un vidéoprojecteur portable.

Quels sont les différents types de vidéoprojecteurs portables disponibles ?

La facilité de transport et la praticité sont des critères que vous devez privilégier lors de l’achat de votre vidéoprojecteur. Si vous recherchez un dispositif que vous pouvez transporter facilement, opter pour un modèle portable est la meilleure solution qui vous permettra de l’utiliser n’importe où. Il existe plusieurs types de vidéoprojecteurs portables sur le marché, comme :

  • le projecteur portable LED,
  • le projecteur portable DLP,
  • le projecteur portable LCD (ou « écran à cristaux liquides »),
  • le projecteur portable laser.

Le projecteur LED est la version la plus populaire du marché. La projection de l’image est réalisée grâce à une lampe LED. C’est le dispositif idéal pour projeter des photos et des vidéos en grand format. Il est également connu pour sa compacité et sa robustesse. Le projecteur DLP, quant à lui, fonctionne grâce à un système de rotation de la roue chromatique. Ce mécanisme est installé devant une lampe lumineuse. Reconnu pour l’intensité de sa luminosité, il peut être utilisé dans l’obscurité.

Le projecteur portable LCD est l’un des modèles les plus anciens. Ce dispositif est réputé pour la netteté de ses images. Enfin, grâce à son format compact, le projecteur portable laser est l’appareil idéal pour une utilisation nomade. À la différence des autres modèles, il est doté d’un laser lumineux à la place de la lampe Mercure.

videoprojecteur portable Comment trouver le meilleur vidéoprojecteur portable ?

Comment déterminer le vidéoprojecteur portable le mieux adapté à vos besoins ?

Pour déterminer le projecteur portable qui vous conviendrait le mieux, il faut tout d’abord connaître l’usage que vous souhaitez en faire. Choisissez un dispositif doté d’une focale courte si vous souhaitez l’utiliser dans une salle de classe ou dans une salle de réunion. C’est l’appareil idéal pour lire les fichiers informatiques (Microsoft Office et PDF). Vous devez cependant privilégier les modèles de projecteurs portables Full HD, Ultra HD ou 4K pour suivre vos films ou séries. Ce dispositif permet de restituer fidèlement vos images.

Quels sont les facteurs à prendre en compte lors du choix d’un vidéoprojecteur portable ?

Voici quelques critères que vous devez prendre en compte avant de choisir votre vidéoprojecteur portable.

Qualité d’image

La qualité d’image est un critère important à prendre en compte lors de l’achat d’un projecteur portable. Ce facteur est à l’origine du confort de visionnage. Il est conseillé de privilégier un dispositif ayant un bon contraste de couleurs.

Portabilité

La portabilité est le critère de base si vous optez pour un projecteur portable. Vous devez prioriser les modèles mobiles, qui sont plus simples à transporter. Ce type d’appareil pèse généralement moins de 2 kg. Ils sont également dotés d’autres fonctions comme l’allumage rapide et les empreintes intégrées.

Niveau de luminosité

Pour choisir votre dispositif de projecteur portable, il faut tenir compte de la luminosité. Lorsque la luminosité est intense, l’image est agréable à visionner. La mesure de l’intensité lumineuse est déterminée en lumens (lm). La luminosité adaptée au visionnage est comprise entre 2000 et 3000 lm.

Comment installer un vidéoprojecteur portable ?

Pour installer votre vidéoprojecteur portable, vous devez respecter certaines étapes. La première revient à brancher votre appareil sur une prise de terre. Il faut ensuite placer votre dispositif sur une surface stable. Prévoyez finalement une pièce aérée ayant une température normale. Il existe deux types de câbles qui permettent de connecter un projecteur portable à un PC. Ces connecteurs sont les câbles HDMI et VGA. La connectique de certains ordinateurs n’est toutefois pas toujours compatible avec le connecteur de votre appareil de projection.

FacebookTwitterPinterestEmail

Le marché de l’occasion a connu une forte croissance ces dernières années. Véritable pionnier et leader de ce marché, le groupe Easy Cash affiche un chiffre d’affaires de 7,4 milliards d’euros. Il met à la disposition des consommateurs des produits de culture et loisirs, smartphone, multimédia, high tech, maroquinerie ou bijoux de luxe. Si vous souhaitez rejoindre le réseau, pourquoi ne pas ouvrir une franchise Easy Cash ? Un projet très intéressant et rentable.

Combien coûte l’ouverture d’une franchise Easy Cash ?

Vous souhaitez connaître le coût d’ouverture de cette franchise et ne savez pas comment l’obtenir. Il est possible de consulter des portails d’information comme AC Franchise pour obtenir les renseignements nécessaires sur la création d’entreprise en franchise.

Vous devez prévoir des frais d’implantation. C’est ce que l’on appelle également investissement total hors pas de porte. Il s’agit de l’ensemble des investissements que vous devez réaliser pour démarrer votre entreprise. De façon classique, cela englobe le montant des aménagements commerciaux, les premiers stocks et les fonds de roulement de démarrage, ainsi que la rétribution du franchiseur à la création. Cet investissement global est en effet toujours exprimé hors frais de locaux (achat, location, droit au bail), d’où le terme d’investissement total hors pas de porte. Il faudra compter 500 000 euros, dont 100 000 euros en moyenne pour le stock et 100 000 euros également pour les aménagements. L’apport personnel sera entre 50 000 et 150 000 euros, le reste de l’investissement étant supporté par un emprunt bancaire classique.

la franchise easy cash est elle rentable La franchise Easy Cash est-elle rentable ?

Quels sont les droits à payer par les franchisés Easy Cash ?

Les frais liés à la franchise représentent le second élément financier dont vous devez tenir compte pour ouvrir votre établissement. En tant que franchisé, vous devez en effet bénéficier de votre droit d’exploitation sur une zone d’exclusivité. Vous devrez alors vous acquitter d’une somme forfaitaire d’entrée dans le réseau. Il s’agit de la redevance initiale forfaitaire (RIF), également appelée droit d’entrée, qui s’élève à 35 000 euros. Il faudra également verser des redevances périodiques, soit une redevance d’exploitation de 2,25% et une redevance publicitaire de 1% du chiffre d’affaires.

Combien de revenus une franchise Easy Cash peut-elle générer en une année ?

Avec la franchise Easy Cash, le marché de la vente d’occasion n’a jamais été aussi performant et fructueux. Le groupe met à la disposition de chaque franchisé un outil statistique mutualisé destiné à comparer les performances de chaque magasin. Au cours de la première année d’exploitation, les magasins Easy Cash effectuent en moyenne un chiffre d’affaires de 1 150 000 euros par an. Dès que le magasin atteint le rythme de croisière, ce chiffre grimpe à plus de 1400 000 de chiffre d’affaires annuel, ce qui constitue un grand exploit en matière de rentabilité.

Grâce à l’enseigne, vous pouvez bénéficier du montage financier complet de votre projet, que ce soit pour la création d’un magasin de centre-ville ou de périphérie. Pour installer votre magasin dans un centre-ville, vous devez disposer d’un apport personnel d’environ 90 000 euros contre 150 000 euros pour un magasin en périphérie. Les magasins en centre-ville ont de nombreuses particularités telles que la densité de la population, le choix des produits haut de gamme et des équipes réduites. Ces magasins offrent par conséquent une forte rentabilité.

FacebookTwitterPinterestEmail

Le tournage du bois se présente comme une véritable passion pour certains, mais aussi un métier à part entière pour d’autres. Cette pratique se fait à l’aide d’un tour à bois, un appareil permettant la réalisation de formes creuses, cylindriques, pointues, etc. On distingue une large variété de machines à bois, ce qui rend souvent le choix assez difficile. Comment sélectionner votre machine à bois ?

Ce qu’il faut rechercher lors du choix d’une machine à bois

Lors du choix de votre machine à bois, certains points méritent la plus grande attention.

La puissance : exprimée en Watts, elle varie selon les modèles et est souvent comprise entre 350 et 2500 W. En ce qui concerne la vitesse de rotation, elle est adaptée au diamètre de la pièce et au degré de précision souhaité. La vitesse maximale est de 300 tr/min et peut aller jusqu’à 3000 tours par minute, voire 4000. Alors, cliquez ici afin d’obtenir plus de conseils sur la puissance des différentes machines à bois présentes sur le marché.

Longueur entre pointes : c’est l’espace situé entre la pointe de la poupée fixe et la contre-pointe.

La hauteur de tournage : c’est l’espace qui se trouve au-dessus du banc. Plus il est élevé et plus la largeur que vous pourrez façonner sera grande.

Le poids : la machine à bois doit être à la fois solide et stable. Elle doit vous offrir une meilleure précision avec des vibrations moindres.

machine comment choisir Comment choisir la machine à bois adaptée à vos besoins ?

Les différents types de machines à bois disponibles sur le marché

Vous trouverez sur le marché toute une panoplie de machines à bois. Les principaux sont la machine à bois d’établi et la machine à bois d’atelier.

La première est compacte, légère et pratique. Moins puissante, elle convient aux débutants, mais également aux professionnels dans le cadre d’un usage ponctuel. Vous pourrez avoir besoin d’une rallonge pour pallier la longueur entre pointes qui est souvent limitée.

Quant à la machine à bois d’atelier, elle est plus lourde et plus robuste. En plus d’être polyvalente, elle offre des vitesses élevées ainsi qu’un travail de grande précision. Sa taille imposante garantit une longueur entre pointes plus importante et facilite le travail sur des pièces assez volumineuses.

Comment déterminer la machine la mieux adaptée à vos besoins ?

Pour définir la machine à bois la plus adaptée à vos besoins, il faudra d’abord faire le point sur la destination d’usage : utilisation en amateur ou utilisation professionnelle, pièces volumineuses ou petites pièces, budget restreint ou non, etc. Vous devez aussi tenir compte de l’espace de travail dont vous disposez.

Pour la puissance, le choix se fera avant tout en fonction de l’essence de bois à usiner et de son niveau de dureté. Concernant la longueur entre pointes, vous aurez besoin d’une machine ayant une grande distance entre pointes si vous êtes amené à travailler des pièces de grande dimension.

L’encombrement est aussi un point essentiel. Si vous recherchez une machine compacte, alors un modèle d’établi fera l’affaire. Dans le cas où vous auriez une grande place et que la conception de pièces de bois est régulière et intensive, alors nous vous conseillons le tour d’atelier.

Vous savez maintenant comment choisir votre machine à bois. Tournez-vous vers un site de fabricants spécialisés pour obtenir un modèle de qualité.

FacebookTwitterPinterestEmail

Les LXP connaissent un grand succès dans les entreprises qui veulent offrir une expérience de formation innovante aux salariés. Cette solution est un moyen de booster l’engagement de ces derniers faisant d’eux de véritables acteurs de leur parcours de formation. Les plateformes LXP se distinguent ainsi par des contenus et des modalités pédagogiques adaptés à chaque collaborateur.

Que désigne une plateforme LXP ?

LXP désigne les initiales de Learning Experience Plateform, soit plateforme d’expérience d’apprentissage. En d’autres termes, il s’agit de plateformes d’apprentissage qui sont centrées sur l’expérience utilisateur. Ainsi, l’objectif d’une LXP est de proposer des contenus, des modalités pédagogiques et un apprentissage personnalisé afin de garantir une rapide montée en compétences des collaborateurs d’une entreprise.

La plateforme LXP est totalement orientée vers l’optimisation de l’expérience des apprenants. On sait qu’un collaborateur motivé et stimulé tout le long de son parcours de formation aura plus de chances d’appliquer convenablement et avec efficacité les compétences acquises.

Pour ce faire, la solution LXP se base sur une bonne expérience utilisateur, à travers une navigation intuitive et fluide, une ergonomie et des fonctionnalités travaillées… Les apprenants profitent aussi d’un apprentissage individualisé et d’un accompagnement consolidé. En ce sens, la LXP utilise l’intelligence artificielle pour analyser et comprendre le comportement de l’apprenant et lui proposer des solutions pratiques et adaptées.

Enfin, au niveau d’une plateforme LXP, les collaborateurs sont regroupés par communautés, suivant leurs objectifs et leurs intérêts.

professionnelle formation 1 Formation professionnelle : l'utilité d'une LXP

En quoi la LXP est-elle bénéfique en formation ?

Les avantages de la solution LXP pour les entreprises sont nombreux, mais aussi et surtout, considérables.

Des performances optimisées

Il est évident qu’un salarié bien formé fera preuve de plus d’efficacité et présentera donc des résultats améliorés. Cela impacte donc la performance globale de l’entreprise. De par sa conception, la plateforme LXP motive et booste le taux de rétention. Ses nombreuses fonctionnalités innovantes permettent de stimuler l’apprenant à chaque phase de son parcours de formation.

Il s’agit ainsi d’un apprentissage productif pour les apprenants et pour l’entreprise. Les salariés seront formés efficacement et rapidement avec des contenus correspondant à leurs besoins.

Une gestion de la formation simple

La LXP facilite aussi la partie administration. En effet, vous pourrez faire le suivi du parcours de chaque apprenant, planifier des sessions en présentiel pour le blended learning, gérer les inscriptions et la répartition des salariés en groupe selon leurs besoins et leurs compétences…

Par ailleurs, la plateforme récupère un grand nombre de données pour l’édition de statistiques sous forme de tableaux de bord. Un excellent moyen d’évaluer la qualité de la formation.

Des parcours personnalisés et évolutifs

Grâce à l’intelligence artificielle, la LXP fait une analyse de chaque apprenant. Selon le profil de ce dernier et son interaction avec le site (modules suivis, temps passé sur chaque cours, fonctionnalités favorites…), la plateforme se chargera de définir en temps réel les modalités pédagogiques ainsi que les contenus pertinents pour lui.

Ainsi, lorsque le collaborateur se connecte sur la plateforme, des contenus qui collent à ses besoins et sa manière d’apprendre lui seront proposés. La LXP met à disposition un écosystème dédié à la formation professionnelle complet. Chaque collaborateur pourra donc aisément y trouver son compte.

FacebookTwitterPinterestEmail

Vous êtes consultant indépendant dans le secteur de la formation ? Afin d’assurer le développement de votre activité et faire face à la concurrence, il est primordial d’améliorer votre système de formation en permanence. Pour ce faire, certains axes méritent d’être pris en considération. Zoom sur les solutions les plus pertinentes qui vous aideront à atteindre vos objectifs.

Utilisez un LMS de qualité avec différentes options

On distingue de nos jours de nombreuses solutions pédagogiques qui facilitent la digitalisation des offres de formation. C’est le cas des plateformes LMS qui se présentent comme une excellente solution de gestion d’apprentissage en ligne : si vous souhaitez en savoir plus, alors cliquez ici afin d’être redirigé par un site dédié. Un LMS ou Learning Management System est donc une plateforme de formation en ligne. Il vous permettra de créer, d’organiser et de diffuser vos contenus pédagogiques auprès de vos apprenants.

Il convient de souligner que le LMS n’est pas uniquement une solution pédagogique. En effet, son champ d’action est très large : il facilite considérablement la gestion administrative, constitue un parfait outil de prise de décision et vous aide à élargir votre offre de formation. L’un de ses avantages principaux est qu’il implique l’ensemble des parties prenantes, c’est-à-dire les formateurs, les apprenants, les ressources humaines, les personnels, etc.

Grâce à une plateforme LMS, vous avez la possibilité d‘héberger toutes vos formations et ressources pédagogiques au niveau d’une seule et unique plateforme. La diffusion est ainsi facilitée et les apprenants pourront consulter leurs cours n’importe quand et n’importe où. Enfin, un outil de suivi statistique permet la collecte des données liées aux formations.

image formation ameliorez systeme Améliorez votre système de formation

Proposez un site vitrine pour faire connaître vos formations

Pour améliorer votre système de formation, vous devez aussi travailler votre notoriété. À cet effet, pensez à créer un site web pour le développement de votre activité. Cet outil est de nos jours indispensable pour tous les professionnels qui veulent attirer plus de clients et augmenter leurs chiffres d’affaires.

La création d’un site vitrine est la garantie de bénéficier d’une présence en ligne. Il sera accessible 24 h/24 et 7 j/7 et sera en quelque sorte un relais commercial pour vous. En conséquence, vous pourrez faire de la prospection en continu à travers votre site.

Le site vitrine vous permettra de vous faire connaître, de vous démarquer de la concurrence, mais aussi et surtout, de donner un aspect plus professionnel à votre activité. Les prospects devront y trouver une preuve de vos formations, vos certifications, des témoignages, des notations, des logos de vos partenaires…

Trouvez des partenaires pour financer la formation de vos apprenants

Pensez également à trouver des partenaires pour le financement de la formation des apprenants. C’est aussi un moyen pratique d’optimiser votre système de formation. Il existe de nombreux services qui peuvent vous aider à trouver des partenaires dans le secteur éducatif.

  • les agences nationales Erasmus+,
  • les partenaires pour les projets en faveur de la jeunesse, à travers une plateforme comme Otlas,
  • les partenaires pour des projets dans les écoles : la communauté en ligne eTwinning, la plateforme collaborative School Education Gateway,
  • la plateforme EPALE,
  • l’alliance Européenne pour l’apprentissage, etc.

Vous connaissez à présent comment vous y prendre pour améliorer votre système de formation. Nous vous conseillons de mettre en place une stratégie claire et bien définie afin de ne pas vous perdre.

FacebookTwitterPinterestEmail

Pour exercer votre activité en toute légalité, vous devez immatriculer votre entreprise. Par définition, l’immatriculation désigne la procédure administrative légale qui permet à un entrepreneur d’inscrire le statut juridique et le nom de son entreprise au Registre du Commerce et des Sociétés (RCS). En termes clairs, elle permet d’authentifier la création des sociétés, de les recenser et de les identifier sans difficulté. En tant que nouvel entrepreneur, vous ne savez certainement pas comment vous y prendre. Voici donc les démarches à suivre pour réussir l’immatriculation de votre entreprise.

Le choix de la forme juridique et la rédaction des statuts

La première étape à franchir lorsque vous voulez effectuer l’immatriculation d’entreprise est la sélection du statut juridique de votre société. Ce choix est directement lié à l’activité que vous comptez exercer et du nombre d’associés dans l’entreprise.

Si vous êtes le seul associé, il est préférable de vous tourner vers les formes individuelles comme la micro-entreprise, l’EIRL et l’EURL. Si vous avez des associés, les formes sociétales sont plus indiquées. Vous pouvez donc créer une SARL (Société à Responsabilité Limitée), une SAS (Société par Actions Simplifiées) ou une SASU (Société par Actions Simplifiées Unipersonnelle).

Après le choix du statut juridique de votre entreprise, la rédaction des statuts est la principale formalité à faire. Rédiger les statuts de votre société consiste à formaliser le choix du statut juridique. Vous rédigez donc les documents qui régiront le fonctionnement de votre société.

Dans ces actes, on retrouve les mentions suivantes :

  • l’objet de l’entreprise,
  • la dénomination sociale,
  • le siège social,
  • le capital social,
  • le régime social,
  • la responsabilité des associés,
  • l’organisation de la direction,
  • les règles qui définissent le fonctionnement de l’entreprise.

La constitution du capital social

Le capital social de l’entreprise est composé de deux apports : les apports matériels et les apports en numéraire. Constituer le capital social fait référence à la mise à disposition d’apports par les membres fondateurs de la société. En contrepartie des apports qu’ils feront, ils obtiennent des titres sociaux ou des parts de l’entreprise.

Remplissez le formulaire Cerfa M0/P0

Il s’agit du document indispensable à remplir pour immatriculer l’entreprise au CFE (Centre des Formalités des Entreprises). Le formulaire Cerfa M0 est utilisé par la constitution de société de type SA, SAS ou SARL. Quant au formulaire P0, il concerne les entreprises individuelles (micro-entreprise, EIRL, EURL).

Publiez une annonce légale

L’une des étapes obligatoires à franchir pour immatriculer votre société est la publication de l’annonce légale. Vous devez donc publier une annonce dans un journal d’annonces légales pour informer les tiers de la création de votre société. Le journal d’annonces légales doit se trouver dans le département du siège social de votre entreprise.

Faites le dépôt du dossier au Centre de Formalités des Entreprises

Pour finaliser l’immatriculation de votre société, il faudra déposer votre dossier auprès du CFE de votre région. Les documents constituant le dossier sont :

  • une copie de la pièce d’identité de chaque associé,
  • 4 exemplaires des statuts,
  • 4 copies de l’acte nommant le directeur,
  • 1 extrait K-bis original si le gérant est une personne morale,
  • 1 justificatif de siège social,
  • une déclaration de non-condamnation de moins de 3 mois de chaque associé,
  • 1 formulaire M0,
  • une attestation de dépôt de capital,
  • 2 copies du rapport de commissaire aux apports,
  • une attestation de parution de l’annonce légale,
  • le chèque pour les frais d’immatriculation,
  • la demande d’ACRE, le cas échéant, des associés.

Une fois cette dernière étape franchie, vous pourrez enfin commencer à travailler au nom de votre entreprise. Celle-ci aura en effet une existence légale.

FacebookTwitterPinterestEmail

Durant le cycle de vie d’une entreprise, il n’est pas rare qu’un associé ait de nouveaux projets et souhaite quitter la société. Dans ce cas, il a la possibilité de faire racheter ses parts par une tierce personne. Cette procédure est appelée la cession de parts sociales. Comment se déroule-t-elle ? Dans quel cadre peut-elle être utilisée ? Quel est le régime de fiscalité autour de cette procédure ?

La cession de parts sociales : en quoi consiste-t-elle ?

Le capital d’une entreprise est fragmenté en plusieurs morceaux appelés parts sociales. Celles-ci représentent les titres de propriété détenus par les associés d’une même société. Ils ont la possibilité de les attribuer à n’importe quelle personne. Cette opération peut avoir lieu dans le cadre d’une donation, d’un héritage ou au contraire d’un échange onéreux entre deux parties.

Dans un cas ou dans l’autre, on parle de la cession de parts sociales. Elle permet donc au receveur de devenir le nouvel associé. Du côté du cédant, il se voit alléger de ses obligations vis-à-vis de la structure. Ce terme est utilisé lorsque l’entreprise détient l’un ou l’autre des statuts juridiques suivants :

  • une société civile immobilière (SCI),
  • une société à responsabilité limitée (SARL),
  • une entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée (EURL).

Lorsque la structure concernée possède un statut juridique autre que ceux énoncés, on parle plutôt de cession d’actions. Il est important de reconnaître que la fiscalité de la cession de parts sociales comporte de nombreuses dispositions et conditions qui régissent l’échange onéreux.

sociales cession associe Nouvel associé : tout sur la cession de parts sociales

Les règles qui encadrent la cession de parts sociales

Céder des parts sociales à une tierce personne n’est pas un acte anodin. C’est pourquoi plusieurs conditions doivent être réunies avant que la procédure ne puisse être effectuée. La cession ne peut avoir lieu que sur des parts correspondant à un capital déjà intégralement libéré par le cédant. Parfois, il est possible que l’associé cédant soit encore un mineur. Dans ce cas de figure, il doit être émancipé légalement avant de pouvoir réaliser la transaction.

Par la suite, le processus de cession de parts sociales à un tiers est régi par des dispositifs énoncés dans les statuts juridiques de l’entreprise. L’agrément des autres associés au cours d’une assemblée générale est ainsi une étape obligatoire. Par contre, lorsqu’il s’agit d’une cession entre des coassociés, un conjoint des membres d’une même famille, une validation par les autres associés n’est pas nécessaire.

Les étapes de la cession de parts sociales

La toute première concerne la décision de cession de part sociale qui doit faire l’objet d’un vote. Il s’agit alors de réunir 50 % des voix des associés plus une afin de voir l’action validée. Dans le cas contraire, les parts ne peuvent être cédées qu’à un autre associé ou à la société elle-même.

On distingue par la suite la rédaction de l’acte de cession. Ce dernier doit faire mention de certaines informations telles que l’identité de l’acquéreur, celle du cédant, le coût de la cession, etc.

Ensuite, l’acte de section doit être signé par la société sous la supervision d’un huissier puis enregistré au Service des Impôts des Entreprises. Pour finir, il doit être déposé au Greffe du tribunal de commerce.

FacebookTwitterPinterestEmail
oakmont

Avec les nombreux changements induits par la pandémie de la covid-19 et les nouvelles tendances en matière de communication, les entreprises ont besoin de compétences en marketing digital pour s’adapter à l’évolution du marché. Cependant, il n’est pas toujours facile pour les petites entreprises de recruter un expert ou de payer une agence, car cela nécessite des moyens plus ou moins importants. Pour les accompagner, Oakmont Marketing, leader du e-learning spécialisé dans les métiers du web, propose des programmes de formation en ligne spécialement destinés à ceux qui souhaitent acquérir des compétences en marketing digital. Les personnes qui souhaitent se faire former pour être opérationnel sur le marché du travail peuvent également en profiter.

Oakmont Marketing, le leader de l’e-learning aux services des professionnels

Le marketing digital est désormais un virage incontournable pour toutes les entreprises qui souhaitent rester compétitives sur un marché caractérisé par une évolution rapide des comportements des consommateurs. Celles-ci cherchent donc désespérément des professionnels très compétents pour gérer leurs réseaux sociaux, leur publicité sur le web, leur campagne d’e-mailing et bien plus…

Les opportunités d’emploi qu’offre le web sont donc de plus en plus nombreuses pour les personnes souhaitant se lancer dans une reconversion professionnelle. Avec l’avènement de la covid-19 et la prise d’ampleur du télétravail, la formation à distance est le meilleur moyen de se former en cette période. Toutefois, pour obtenir de bons résultats, il est important de se tourner vers des formateurs qualifiés qui offrent non seulement une formation de grande qualité, mais également un suivi optimal. Oakmont Marketing est le leader du e-learning autour des métiers du web en France :

  • community manager,
  • media buyer,
  • copywriter,
  • e-trainer.

Le centre propose des formations courtes 100% en ligne qui délivrent un certificat de formation. Comme matériel, vous n’avez besoin que d’un ordinateur et d’une bonne connexion internet. Un suivi personnalisé est également offert tout au long de la formation par une équipe de support dédié. Chaque stagiaire est suivi par un expert qui s’occupe de l’accompagner jusqu’à la réussite de son projet.

Oakmont Marketing, un accompagnement pour les microentreprises et les freelancers

Les autoentrepreneurs et freelancers sont bien souvent obligés de revêtir plusieurs casquettes pour s’assurer de la bonne marche de leurs activités. Avec l’ampleur que prend le marketing digital au sein de la stratégie commerciale des entreprises, ils doivent donc s’occuper également de certaines tâches telles que : la rédaction, le SEO, la publicité sur les réseaux sociaux, les campagnes Google Ads. Ce n’est pas toujours évident sans une bonne base dans le domaine du marketing en ligne.

Oakmont Marketing offre un accompagnement personnalisé aux chefs d’entreprises souhaitant acquérir des compétences techniques pour prendre en charge eux-mêmes la communication digitale de leur boîte. Ils peuvent se former à la gestion des réseaux sociaux, à la création de contenus pour promouvoir leurs produits et leur marque ou à la gestion des campagnes de marketing pour l’acquisition de clients. Avec ces différents modules de formation de courte durée, ils n’ont donc plus besoin de faire appel à une agence digitale ou à des experts pour l’essentiel des missions ayant trait à leur communication online. Bien plus qu’une simple formation, les experts Oakmont Marketing vous livrent tous les secrets qu’il vous faut pour atteindre vos objectifs de croissance.

FacebookTwitterPinterestEmail

Le métier de wedding planner

par Laurent
Wedding planner : métier, études, salaire et formation

Créé aux États-Unis, le métier de wedding planner est une profession relativement récente en France. Cette activité en plein essor attire en effet de plus en plus de personnes. Cependant, avant de se lancer en tant que wedding planner, il est important de connaître les missions de ce professionnel de l’évènementiel, les qualités requises, ainsi que les formations qui ouvrent les portes de ce métier.

En quoi consiste le métier de wedding planner ?

Par simple souci de facilité ou faute de temps, les mariés font parfois appel à un spécialiste pour l’organisation de leur mariage. Cet intermédiaire généralement appelé « wedding planner », une expression anglaise qui signifie littéralement « organisateur de mariage ». Le wedding planner est donc une sorte de chef d’orchestre qui s’occupe de l’organisation de la cérémonie de mariage de ses clients.

Le champ d’action du wedding planner recouvre un large spectre d’activités qui vont des préparatifs jusqu’à la coordination, le jour même du mariage. Il s’agit donc d’un métier très polyvalent. En effet, l’organisateur du mariage s’occupe de la recherche des lieux propices pour la cérémonie, mais il négocie également les meilleurs prix avec les prestataires de l’évènement (fleuriste, caméraman, musiciens, traiteur…). Ce spécialiste gère également le budget prévisionnel de la cérémonie.

Le métier de wedding planner consiste également à écouter et à assimiler les demandes des futurs mariés, mais aussi à les conseiller sur leurs tenues, le thème du mariage ou la décoration adéquate. En résumé, ce professionnel de l’évènementiel met en œuvre tous les moyens nécessaires pour faciliter les préparatifs du mariage et organiser une cérémonie à la mesure des attentes des futurs mariés.

Quelle formation pour devenir wedding planner ?

Il n’existe aucun diplôme reconnu par l’État qui permet d’exercer le métier d’organisateur de mariage. En revanche, il existe des formations pour devenir wedding planner et acquérir les compétences nécessaires pour évoluer sereinement dans le métier d’organisateur de mariage. Pour exercer ce métier, des études en communication sont souvent nécessaires. Il est également conseillé d’avoir des connaissances spécifiques dans le domaine de l’évènementiel.

Pour répondre à une demande de plus en plus croissante, des formations certifiantes, ainsi que des formations spécifiques sont proposées par divers organismes et écoles. Parmi ces formations, on retrouve la formation en Licence professionnelle aux métiers de la communication ou encore le Bachelor en gestion des projets évènementiels avec spécialisation en L3 en wedding planner (école EFCDE).

Les qualités requises pour exercer le métier de wedding planner

Comme c’est le cas pour tous les métiers qui font rêver, certaines qualités sont nécessaires pour pouvoir exercer le métier de wedding planner. Le goût pour l’organisation et d’excellentes capacités d’adaptation font partie des qualités indispensables. En effet, le spécialiste de l’évènementiel doit savoir jongler avec un budget souvent serré, mais il doit aussi être capable de gérer efficacement les changements d’avis des futurs mariés.

Il doit également avoir de bonnes connaissances dans le secteur de l’évènementiel et le monde du mariage, qu’il soit civil ou religieux. Le métier de wedding planner est un métier de contact. De ce fait, une présentation soignée et une aptitude à communiquer facilement sont donc essentielles. L’organisateur de mariage doit avoir un contact facile, un grand sens du relationnel, une grande capacité d’écoute et une aptitude à comprendre rapidement les attentes des futurs mariés. Il doit être capable de s’adapter à chaque interlocuteur, sans pour autant révéler son stress.

Par ailleurs, le wedding planner doit savoir prendre des décisions rapides et apporter des solutions pertinentes en cas d’imprévu, notamment le jour du mariage. Il doit disposer d’un carnet d’adresses de prestataires de confiance (restaurateurs, photographes, musiciens, traiteurs…).

Combien gagne un wedding planner ?

Le salaire d’un wedding planner varie en fonction de son niveau dans le domaine (débutant, expérimenté) et du nombre de mariages planifiés dans l’année. Cette rémunération représente environ 10 à 15 % du coût total du mariage, déduction faite des frais facturés par les prestataires partenaires. L’activité n’étant pas stable tout au long de l’année, ce salaire n’est jamais fixe.

En général, le salaire brut mensuel d’un organisateur de mariage varie en moyenne entre 1000 euros et 1500 euros pour un niveau débutant. Pour toucher une telle rémunération nette mensuelle, il faut réaliser entre 10 et 15 mariages chaque année, facturés environ 3500 euros chacun.

Quelle évolution de carrière pour un wedding planner ?

Un organisateur de mariage peut travailler à son propre compte ou pour le compte d’une agence de communication ou d’une société spécialisée dans l’évènementiel. S’il travaille pour le compte d’une entreprise de communication, son expérience peut lui permettre de devenir responsable d’agence.

S’il travaille comme indépendant, il peut dans ce cas se spécialiser dans l’organisation de mariages spécifiques comme les mariages VIP ou les mariages orientaux.

Pour avoir une chance d’évoluer rapidement dans ce métier, il est indispensable de suivre une formation adéquate avant même de se lancer.

 

Source : https://www.cidj.com/metiers/wedding-planner

FacebookTwitterPinterestEmail

Définition de prospect

par Laurent
definition prospect

Le prospect est défini comme le potentiel client d’une société. Il s’agit d’une personne qui répond aux critères des acheteurs des produits ou services d’une entreprise et qui est identifiée à travers une opération de prospection commerciale.

Que représente le prospect pour une entreprise ?

La prospection commerciale est une opération marketing qu’utilisent les entreprises pour trouver de nouveaux clients à travers différents types d’actions commerciales comme les appels téléphoniques, le publipostage, etc. Concrètement, cette opération consiste à entrer en contact avec des personnes physiques ou morales qui présentent des critères en phase avec les objectifs commerciaux d’une entreprise et qui sont donc susceptibles de devenir ses prochains clients. Ce sont ces derniers qui sont qualifiés de prospects.

Le prospect ne devient un client à part entière de l’entreprise que lorsqu’il procède à son premier achat. On distingue deux types de prospects,.

Le prospect chaud : on parle de prospects chauds lorsque les individus ou les organismes prospectés ont auparavant exprimé un intérêt quelconque pour l’offre de la société. Par exemple, un prospect qui s’est inscrit à la Newsletter de l’entreprise ou qui a consulté à plusieurs reprises l’offre de l’entreprise est un prospect chaud.

Le prospect froid ou cold lead : les prospects sont qualifiés de froids ou de leads dans le marketing B to B. Tout comme les prospects chauds, ils ont démontré un intérêt particulier pour un produit ou un service de l’entreprise. Cependant, le besoin d’achat de ceux-ci n’est pas pressant et donc leur intention d’achat ne pourra se réaliser que sur le moyen ou le long terme.

Trouver des experts pour votre prospection commerciale

Lorsqu’on lance son entreprise, la prospection commerciale est essentielle. C’est le processus par lequel vous allez rechercher si vous trouverez facilement des clients ou des acheteurs pour les biens que vous vendrez ou les services que vous proposerez. Avec la prospection commerciale, vous allez pouvoir trouver des clients potentiels et les transformer en véritables clients. Si vous voulez obtenir les meilleurs résultats possibles, nous vous recommandons de passer par un prestataire externe pour définir votre cible de prospection commerciale. Cela vous permettra d’obtenir rapidement et facilement des revenus pour votre entreprise.

Plus votre prospection commerciale sera de qualité, plus le développement de votre entreprise sera simplifié. Cependant, avec le temps que vous devez déjà accorder à votre travail, il n’est pas toujours aisé de trouver le temps de se lancer soi-même dans une prospection commerciale de qualité. D’où l’intérêt de passer par un prestataire externe, expert dans le domaine. En passant par le lien mentionné précédemment, vous pourrez trouver des prospecteurs qui seront rémunérés en fonction de leurs résultats. Cela vous garantira qu’ils sont parfaitement investis dans leur travail.

En passant par ce site de mise en relation avec des prospecteurs, vous pourrez consulter une fiche bilan de celui-ci. Vous aurez ainsi un aperçu de ses compétences, de sa réputation et de sa qualité de travail. Tous les appels des prospecteurs sont enregistrés et vous serez ainsi sûr de la qualité des appels passés. Vous n’aurez pas à payer les appels qui ne vous conviennent pas. Vous pourrez également négocier les tarifs directement avec les prospecteurs, et vous aurez également accès à toutes les données comme le nombre d’appels passés et le nombre de contacts effectués. Plusieurs formules d’abonnement vous seront proposées et libre à vous de choisir celle qui vous correspond le plus.

FacebookTwitterPinterestEmail

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies. Accepter Lire plus