Accueil Auteur
Auteur

Laurent

Pour exercer votre activité en toute légalité, vous devez immatriculer votre entreprise. Par définition, l’immatriculation désigne la procédure administrative légale qui permet à un entrepreneur d’inscrire le statut juridique et le nom de son entreprise au Registre du Commerce et des Sociétés (RCS). En termes clairs, elle permet d’authentifier la création des sociétés, de les recenser et de les identifier sans difficulté. En tant que nouvel entrepreneur, vous ne savez certainement pas comment vous y prendre. Voici donc les démarches à suivre pour réussir l’immatriculation de votre entreprise.

Le choix de la forme juridique et la rédaction des statuts

La première étape à franchir lorsque vous voulez effectuer l’immatriculation d’entreprise est la sélection du statut juridique de votre société. Ce choix est directement lié à l’activité que vous comptez exercer et du nombre d’associés dans l’entreprise.

Si vous êtes le seul associé, il est préférable de vous tourner vers les formes individuelles comme la micro-entreprise, l’EIRL et l’EURL. Si vous avez des associés, les formes sociétales sont plus indiquées. Vous pouvez donc créer une SARL (Société à Responsabilité Limitée), une SAS (Société par Actions Simplifiées) ou une SASU (Société par Actions Simplifiées Unipersonnelle).

Après le choix du statut juridique de votre entreprise, la rédaction des statuts est la principale formalité à faire. Rédiger les statuts de votre société consiste à formaliser le choix du statut juridique. Vous rédigez donc les documents qui régiront le fonctionnement de votre société.

Dans ces actes, on retrouve les mentions suivantes :

  • l’objet de l’entreprise,
  • la dénomination sociale,
  • le siège social,
  • le capital social,
  • le régime social,
  • la responsabilité des associés,
  • l’organisation de la direction,
  • les règles qui définissent le fonctionnement de l’entreprise.

La constitution du capital social

Le capital social de l’entreprise est composé de deux apports : les apports matériels et les apports en numéraire. Constituer le capital social fait référence à la mise à disposition d’apports par les membres fondateurs de la société. En contrepartie des apports qu’ils feront, ils obtiennent des titres sociaux ou des parts de l’entreprise.

Remplissez le formulaire Cerfa M0/P0

Il s’agit du document indispensable à remplir pour immatriculer l’entreprise au CFE (Centre des Formalités des Entreprises). Le formulaire Cerfa M0 est utilisé par la constitution de société de type SA, SAS ou SARL. Quant au formulaire P0, il concerne les entreprises individuelles (micro-entreprise, EIRL, EURL).

Publiez une annonce légale

L’une des étapes obligatoires à franchir pour immatriculer votre société est la publication de l’annonce légale. Vous devez donc publier une annonce dans un journal d’annonces légales pour informer les tiers de la création de votre société. Le journal d’annonces légales doit se trouver dans le département du siège social de votre entreprise.

Faites le dépôt du dossier au Centre de Formalités des Entreprises

Pour finaliser l’immatriculation de votre société, il faudra déposer votre dossier auprès du CFE de votre région. Les documents constituant le dossier sont :

  • une copie de la pièce d’identité de chaque associé,
  • 4 exemplaires des statuts,
  • 4 copies de l’acte nommant le directeur,
  • 1 extrait K-bis original si le gérant est une personne morale,
  • 1 justificatif de siège social,
  • une déclaration de non-condamnation de moins de 3 mois de chaque associé,
  • 1 formulaire M0,
  • une attestation de dépôt de capital,
  • 2 copies du rapport de commissaire aux apports,
  • une attestation de parution de l’annonce légale,
  • le chèque pour les frais d’immatriculation,
  • la demande d’ACRE, le cas échéant, des associés.

Une fois cette dernière étape franchie, vous pourrez enfin commencer à travailler au nom de votre entreprise. Celle-ci aura en effet une existence légale.

FacebookTwitterPinterestEmail

Durant le cycle de vie d’une entreprise, il n’est pas rare qu’un associé ait de nouveaux projets et souhaite quitter la société. Dans ce cas, il a la possibilité de faire racheter ses parts par une tierce personne. Cette procédure est appelée la cession de parts sociales. Comment se déroule-t-elle ? Dans quel cadre peut-elle être utilisée ? Quel est le régime de fiscalité autour de cette procédure ?

La cession de parts sociales : en quoi consiste-t-elle ?

Le capital d’une entreprise est fragmenté en plusieurs morceaux appelés parts sociales. Celles-ci représentent les titres de propriété détenus par les associés d’une même société. Ils ont la possibilité de les attribuer à n’importe quelle personne. Cette opération peut avoir lieu dans le cadre d’une donation, d’un héritage ou au contraire d’un échange onéreux entre deux parties.

Dans un cas ou dans l’autre, on parle de la cession de parts sociales. Elle permet donc au receveur de devenir le nouvel associé. Du côté du cédant, il se voit alléger de ses obligations vis-à-vis de la structure. Ce terme est utilisé lorsque l’entreprise détient l’un ou l’autre des statuts juridiques suivants :

  • une société civile immobilière (SCI),
  • une société à responsabilité limitée (SARL),
  • une entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée (EURL).

Lorsque la structure concernée possède un statut juridique autre que ceux énoncés, on parle plutôt de cession d’actions. Il est important de reconnaître que la fiscalité de la cession de parts sociales comporte de nombreuses dispositions et conditions qui régissent l’échange onéreux.

sociales cession associe Nouvel associé : tout sur la cession de parts sociales

Les règles qui encadrent la cession de parts sociales

Céder des parts sociales à une tierce personne n’est pas un acte anodin. C’est pourquoi plusieurs conditions doivent être réunies avant que la procédure ne puisse être effectuée. La cession ne peut avoir lieu que sur des parts correspondant à un capital déjà intégralement libéré par le cédant. Parfois, il est possible que l’associé cédant soit encore un mineur. Dans ce cas de figure, il doit être émancipé légalement avant de pouvoir réaliser la transaction.

Par la suite, le processus de cession de parts sociales à un tiers est régi par des dispositifs énoncés dans les statuts juridiques de l’entreprise. L’agrément des autres associés au cours d’une assemblée générale est ainsi une étape obligatoire. Par contre, lorsqu’il s’agit d’une cession entre des coassociés, un conjoint des membres d’une même famille, une validation par les autres associés n’est pas nécessaire.

Les étapes de la cession de parts sociales

La toute première concerne la décision de cession de part sociale qui doit faire l’objet d’un vote. Il s’agit alors de réunir 50 % des voix des associés plus une afin de voir l’action validée. Dans le cas contraire, les parts ne peuvent être cédées qu’à un autre associé ou à la société elle-même.

On distingue par la suite la rédaction de l’acte de cession. Ce dernier doit faire mention de certaines informations telles que l’identité de l’acquéreur, celle du cédant, le coût de la cession, etc.

Ensuite, l’acte de section doit être signé par la société sous la supervision d’un huissier puis enregistré au Service des Impôts des Entreprises. Pour finir, il doit être déposé au Greffe du tribunal de commerce.

FacebookTwitterPinterestEmail
oakmont

Avec les nombreux changements induits par la pandémie de la covid-19 et les nouvelles tendances en matière de communication, les entreprises ont besoin de compétences en marketing digital pour s’adapter à l’évolution du marché. Cependant, il n’est pas toujours facile pour les petites entreprises de recruter un expert ou de payer une agence, car cela nécessite des moyens plus ou moins importants. Pour les accompagner, Oakmont Marketing, leader du e-learning spécialisé dans les métiers du web, propose des programmes de formation en ligne spécialement destinés à ceux qui souhaitent acquérir des compétences en marketing digital. Les personnes qui souhaitent se faire former pour être opérationnel sur le marché du travail peuvent également en profiter.

Oakmont Marketing, le leader de l’e-learning aux services des professionnels

Le marketing digital est désormais un virage incontournable pour toutes les entreprises qui souhaitent rester compétitives sur un marché caractérisé par une évolution rapide des comportements des consommateurs. Celles-ci cherchent donc désespérément des professionnels très compétents pour gérer leurs réseaux sociaux, leur publicité sur le web, leur campagne d’e-mailing et bien plus…

Les opportunités d’emploi qu’offre le web sont donc de plus en plus nombreuses pour les personnes souhaitant se lancer dans une reconversion professionnelle. Avec l’avènement de la covid-19 et la prise d’ampleur du télétravail, la formation à distance est le meilleur moyen de se former en cette période. Toutefois, pour obtenir de bons résultats, il est important de se tourner vers des formateurs qualifiés qui offrent non seulement une formation de grande qualité, mais également un suivi optimal. Oakmont Marketing est le leader du e-learning autour des métiers du web en France :

  • community manager,
  • media buyer,
  • copywriter,
  • e-trainer.

Le centre propose des formations courtes 100% en ligne qui délivrent un certificat de formation. Comme matériel, vous n’avez besoin que d’un ordinateur et d’une bonne connexion internet. Un suivi personnalisé est également offert tout au long de la formation par une équipe de support dédié. Chaque stagiaire est suivi par un expert qui s’occupe de l’accompagner jusqu’à la réussite de son projet.

Oakmont Marketing, un accompagnement pour les microentreprises et les freelancers

Les autoentrepreneurs et freelancers sont bien souvent obligés de revêtir plusieurs casquettes pour s’assurer de la bonne marche de leurs activités. Avec l’ampleur que prend le marketing digital au sein de la stratégie commerciale des entreprises, ils doivent donc s’occuper également de certaines tâches telles que : la rédaction, le SEO, la publicité sur les réseaux sociaux, les campagnes Google Ads. Ce n’est pas toujours évident sans une bonne base dans le domaine du marketing en ligne.

Oakmont Marketing offre un accompagnement personnalisé aux chefs d’entreprises souhaitant acquérir des compétences techniques pour prendre en charge eux-mêmes la communication digitale de leur boîte. Ils peuvent se former à la gestion des réseaux sociaux, à la création de contenus pour promouvoir leurs produits et leur marque ou à la gestion des campagnes de marketing pour l’acquisition de clients. Avec ces différents modules de formation de courte durée, ils n’ont donc plus besoin de faire appel à une agence digitale ou à des experts pour l’essentiel des missions ayant trait à leur communication online. Bien plus qu’une simple formation, les experts Oakmont Marketing vous livrent tous les secrets qu’il vous faut pour atteindre vos objectifs de croissance.

FacebookTwitterPinterestEmail

Le métier de wedding planner

par Laurent
Wedding planner : métier, études, salaire et formation

Créé aux États-Unis, le métier de wedding planner est une profession relativement récente en France. Cette activité en plein essor attire en effet de plus en plus de personnes. Cependant, avant de se lancer en tant que wedding planner, il est important de connaître les missions de ce professionnel de l’évènementiel, les qualités requises, ainsi que les formations qui ouvrent les portes de ce métier.

En quoi consiste le métier de wedding planner ?

Par simple souci de facilité ou faute de temps, les mariés font parfois appel à un spécialiste pour l’organisation de leur mariage. Cet intermédiaire généralement appelé « wedding planner », une expression anglaise qui signifie littéralement « organisateur de mariage ». Le wedding planner est donc une sorte de chef d’orchestre qui s’occupe de l’organisation de la cérémonie de mariage de ses clients.

Le champ d’action du wedding planner recouvre un large spectre d’activités qui vont des préparatifs jusqu’à la coordination, le jour même du mariage. Il s’agit donc d’un métier très polyvalent. En effet, l’organisateur du mariage s’occupe de la recherche des lieux propices pour la cérémonie, mais il négocie également les meilleurs prix avec les prestataires de l’évènement (fleuriste, caméraman, musiciens, traiteur…). Ce spécialiste gère également le budget prévisionnel de la cérémonie.

Le métier de wedding planner consiste également à écouter et à assimiler les demandes des futurs mariés, mais aussi à les conseiller sur leurs tenues, le thème du mariage ou la décoration adéquate. En résumé, ce professionnel de l’évènementiel met en œuvre tous les moyens nécessaires pour faciliter les préparatifs du mariage et organiser une cérémonie à la mesure des attentes des futurs mariés.

Quelle formation pour devenir wedding planner ?

Il n’existe aucun diplôme reconnu par l’État qui permet d’exercer le métier d’organisateur de mariage. En revanche, il existe des formations pour devenir wedding planner et acquérir les compétences nécessaires pour évoluer sereinement dans le métier d’organisateur de mariage. Pour exercer ce métier, des études en communication sont souvent nécessaires. Il est également conseillé d’avoir des connaissances spécifiques dans le domaine de l’évènementiel.

Pour répondre à une demande de plus en plus croissante, des formations certifiantes, ainsi que des formations spécifiques sont proposées par divers organismes et écoles. Parmi ces formations, on retrouve la formation en Licence professionnelle aux métiers de la communication ou encore le Bachelor en gestion des projets évènementiels avec spécialisation en L3 en wedding planner (école EFCDE).

Les qualités requises pour exercer le métier de wedding planner

Comme c’est le cas pour tous les métiers qui font rêver, certaines qualités sont nécessaires pour pouvoir exercer le métier de wedding planner. Le goût pour l’organisation et d’excellentes capacités d’adaptation font partie des qualités indispensables. En effet, le spécialiste de l’évènementiel doit savoir jongler avec un budget souvent serré, mais il doit aussi être capable de gérer efficacement les changements d’avis des futurs mariés.

Il doit également avoir de bonnes connaissances dans le secteur de l’évènementiel et le monde du mariage, qu’il soit civil ou religieux. Le métier de wedding planner est un métier de contact. De ce fait, une présentation soignée et une aptitude à communiquer facilement sont donc essentielles. L’organisateur de mariage doit avoir un contact facile, un grand sens du relationnel, une grande capacité d’écoute et une aptitude à comprendre rapidement les attentes des futurs mariés. Il doit être capable de s’adapter à chaque interlocuteur, sans pour autant révéler son stress.

Par ailleurs, le wedding planner doit savoir prendre des décisions rapides et apporter des solutions pertinentes en cas d’imprévu, notamment le jour du mariage. Il doit disposer d’un carnet d’adresses de prestataires de confiance (restaurateurs, photographes, musiciens, traiteurs…).

Combien gagne un wedding planner ?

Le salaire d’un wedding planner varie en fonction de son niveau dans le domaine (débutant, expérimenté) et du nombre de mariages planifiés dans l’année. Cette rémunération représente environ 10 à 15 % du coût total du mariage, déduction faite des frais facturés par les prestataires partenaires. L’activité n’étant pas stable tout au long de l’année, ce salaire n’est jamais fixe.

En général, le salaire brut mensuel d’un organisateur de mariage varie en moyenne entre 1000 euros et 1500 euros pour un niveau débutant. Pour toucher une telle rémunération nette mensuelle, il faut réaliser entre 10 et 15 mariages chaque année, facturés environ 3500 euros chacun.

Quelle évolution de carrière pour un wedding planner ?

Un organisateur de mariage peut travailler à son propre compte ou pour le compte d’une agence de communication ou d’une société spécialisée dans l’évènementiel. S’il travaille pour le compte d’une entreprise de communication, son expérience peut lui permettre de devenir responsable d’agence.

S’il travaille comme indépendant, il peut dans ce cas se spécialiser dans l’organisation de mariages spécifiques comme les mariages VIP ou les mariages orientaux.

Pour avoir une chance d’évoluer rapidement dans ce métier, il est indispensable de suivre une formation adéquate avant même de se lancer.

 

Source : https://www.cidj.com/metiers/wedding-planner

FacebookTwitterPinterestEmail

Définition de prospect

par Laurent
definition prospect

Le prospect est défini comme le potentiel client d’une société. Il s’agit d’une personne qui répond aux critères des acheteurs des produits ou services d’une entreprise et qui est identifiée à travers une opération de prospection commerciale.

Que représente le prospect pour une entreprise ?

La prospection commerciale est une opération marketing qu’utilisent les entreprises pour trouver de nouveaux clients à travers différents types d’actions commerciales comme les appels téléphoniques, le publipostage, etc. Concrètement, cette opération consiste à entrer en contact avec des personnes physiques ou morales qui présentent des critères en phase avec les objectifs commerciaux d’une entreprise et qui sont donc susceptibles de devenir ses prochains clients. Ce sont ces derniers qui sont qualifiés de prospects.

Le prospect ne devient un client à part entière de l’entreprise que lorsqu’il procède à son premier achat. On distingue deux types de prospects,.

Le prospect chaud : on parle de prospects chauds lorsque les individus ou les organismes prospectés ont auparavant exprimé un intérêt quelconque pour l’offre de la société. Par exemple, un prospect qui s’est inscrit à la Newsletter de l’entreprise ou qui a consulté à plusieurs reprises l’offre de l’entreprise est un prospect chaud.

Le prospect froid ou cold lead : les prospects sont qualifiés de froids ou de leads dans le marketing B to B. Tout comme les prospects chauds, ils ont démontré un intérêt particulier pour un produit ou un service de l’entreprise. Cependant, le besoin d’achat de ceux-ci n’est pas pressant et donc leur intention d’achat ne pourra se réaliser que sur le moyen ou le long terme.

Trouver des experts pour votre prospection commerciale

Lorsqu’on lance son entreprise, la prospection commerciale est essentielle. C’est le processus par lequel vous allez rechercher si vous trouverez facilement des clients ou des acheteurs pour les biens que vous vendrez ou les services que vous proposerez. Avec la prospection commerciale, vous allez pouvoir trouver des clients potentiels et les transformer en véritables clients. Si vous voulez obtenir les meilleurs résultats possibles, nous vous recommandons de passer par un prestataire externe pour définir votre cible de prospection commerciale. Cela vous permettra d’obtenir rapidement et facilement des revenus pour votre entreprise.

Plus votre prospection commerciale sera de qualité, plus le développement de votre entreprise sera simplifié. Cependant, avec le temps que vous devez déjà accorder à votre travail, il n’est pas toujours aisé de trouver le temps de se lancer soi-même dans une prospection commerciale de qualité. D’où l’intérêt de passer par un prestataire externe, expert dans le domaine. En passant par le lien mentionné précédemment, vous pourrez trouver des prospecteurs qui seront rémunérés en fonction de leurs résultats. Cela vous garantira qu’ils sont parfaitement investis dans leur travail.

En passant par ce site de mise en relation avec des prospecteurs, vous pourrez consulter une fiche bilan de celui-ci. Vous aurez ainsi un aperçu de ses compétences, de sa réputation et de sa qualité de travail. Tous les appels des prospecteurs sont enregistrés et vous serez ainsi sûr de la qualité des appels passés. Vous n’aurez pas à payer les appels qui ne vous conviennent pas. Vous pourrez également négocier les tarifs directement avec les prospecteurs, et vous aurez également accès à toutes les données comme le nombre d’appels passés et le nombre de contacts effectués. Plusieurs formules d’abonnement vous seront proposées et libre à vous de choisir celle qui vous correspond le plus.

FacebookTwitterPinterestEmail
persona marketing

Le persona marketing est la représentation fictive des acquéreurs d’un produit ou d’un service donné. Le persona en marketing représente donc le profil de client parfait aux yeux d’une entreprise.

Qu’est-ce qu’un persona marketing et quelle est son importance ?

Dans le domaine du marketing, le persona, aussi appelé buyer persona, est la représentation du client idéal pour le produit ou le service proposé par une entreprise. Il s’agit en réalité d’un personnage imaginaire qui représente un ensemble de personnes qui ont des intérêts et des motivations en commun, ainsi que des comportements d’achats similaires. On lui attribue un nom, une histoire, des caractéristiques sociales et psychologiques.

Le persona est un élément clé de la stratégie inbound marketing d’une société. Il aide l’entreprise à connaître avec précision sa cible. Ce qui permet à celle-ci de mettre en place une stratégie de contenu adaptée aux besoins et aux attentes de cette dernière. La création d’un buyer persona est donc très importante pour les sociétés, quel que soit leur secteur d’activité. La construction de ce profil cible passe par différentes étapes. On procède à la collecte des informations à travers la réalisation d’une étude de marché ou une étude du profil des internautes qui suivent les différents réseaux sociaux de l’entreprise.

Une enquête réalisée auprès des personnes en contacts directs avec les prospects ou les clients (les commerciaux par exemple) peut permettre de recueillir des informations assez pertinentes. L’analyse des données collectées permet d’identifier les habitudes et les caractéristiques communes à chacun des clients. À partir de ces éléments, il est donc possible pour une marque de générer son ou ses personas.

FacebookTwitterPinterestEmail

Définition de RP

par Laurent
definition rp

Le RP est l’acronyme de Relations Publics (anciennement Relations Publiques). Mais c’est aussi l’initiale utilisée pour désigner les relations presse.

Que signifie l’acronyme RP ?

Dans son utilisation la plus courante, le sigle RP désigne les Relations Publics. Il correspond à l’ensemble des techniques et méthodes de communication utilisées par les entreprises ou les marques pour établir une relation d’estime, de confiance et d’adhésion avec leurs publics. Ces actions sont destinées à donner une meilleure réputation et une image favorable à la société ou la marque auprès de ses différents publics.

Ces derniers sont les consommateurs, les partenaires, les employés, les fournisseurs, les distributeurs, les pouvoirs publics, les élus, les leaders d’opinion, les actionnaires, les ONG, les associations, etc. En ce qui concerne les outils utilisés ou les actions mises en place pour les relations publics, on peut citer les relations presse les réceptions, le mécénat, la participation à des salons professionnels, etc.

L’initiale RP fait aussi référence aux Relations Presse. Elles représentent l’ensemble des actions et techniques de communication utilisées par les entreprises ou les marques pour communiquer avec les médias journalistiques (journal, blog, Internet, télévisions, radio, etc.). Cette communication permet à la société d’avoir une bonne couverture presse et donc de mieux promouvoir ses produits ou services.

Cet outil de communication ne concerne pas uniquement les grandes entreprises. Il peut aussi servir aux TPE et aux PME. Les relations presse présentent plusieurs bénéfices pour les entreprises. Elles offrent l’avantage d’un ciblage assez précis et d’un bon rapport coût-résultat. De plus, leur impact sur l’image de la société est certain.

 

FacebookTwitterPinterestEmail
placewithedits

La mention « Placewithedits » s’affiche depuis quelque temps sur les profils des utilisateurs des pages Google My Business et de l’application Google Maps. Ce terme, qui combine trois mots anglais « Place », « with » et « edits », paraît difficile à cerner. Il désigne un outil de Google dont l’intérêt n’est pas évident pour les internautes. À quoi peut donc servir cet outil de Google ?

Placewithedits : de quoi s’agit-il ?

Placewithedits signifie littéralement en français « endroit avec des modifications ». Cette mention s’affiche sur les pages qui ont été modifiées depuis qu’elles existent. Son apparition sur une page Google My Business prouve que cette dernière a enregistré des modifications. Idem lorsqu’il s’agit des pages des résultats de recherche dans Google Maps. Les modifications peuvent entre autres concerner :

  • le changement de logo ;
  • le changement de coordonnées téléphoniques ;
  • le changement d’adresse physique ;
  • le renseignement d’une nouvelle adresse e-mail ;
  • le changement d’horaires d’ouverture d’une boutique, etc.

Tout internaute a la possibilité de soumettre des modifications d’informations sur un site internet ou dans Google Maps. En revanche, les nouvelles informations ne seront affichées que lorsque Google les aura validées. C’est à partir de ce moment que la mention « Placewithedits » s’affiche pour signaler les changements. Son apparition confirme au professionnel utilisant Google My Business ou Google Maps que ses modifications ont bel et bien été approuvées par le moteur de recherche.

placewithedits

Qu’implique la mention Placewithedits sur Google My Business ?

La mention « Placewithedits » s’affiche sur une page Google My Business dans le but d’informer les internautes que des modifications y ont été effectuées. Elle montre que la page n’est pas restée intacte depuis sa conception et son indexation par les algorithmes de Google. Il paraît évident que votre page Google My Business ne saurait rester sans modification au fil du temps et au fur et à mesure que votre activité évolue.

La mention « Placewithedits » est le signe que vous mettez à jour régulièrement les informations liées à votre entreprise ou boutique en ligne. Elle rassure les internautes sur le fait que la page n’est pas obsolète et que son propriétaire est actif. Quels que soient les changements que vous apportez à votre profil, l’affichage « Placewithedits » apparaîtra lorsqu’ils sont validés par Google. Cette mention informe simplement les utilisateurs d’internet sur l’état de votre page Google My Business.

L’outil « Placewithedits » n’est ni positif ni négatif pour vous. Si vous modifiez les informations de votre profil ou page, il s’affichera. Si la mention n’apparaît pas suite à vos modifications, cela signifierait que ces dernières n’ont pas été certifiées par Google. Il vous faudra alors revoir vos informations.

Placewithedits dans Google Maps : quel effet ?

La mention « Placewithedits » joue le même rôle dans Google Maps que sur les pages Google My Business. Dans ce cas, elle montre essentiellement qu’un emplacement a été modifié depuis la première fois qu’il a été marqué sur les pages web. En tant qu’utilisateur de Google Maps, si vous déplacez votre boutique d’une localité vers une autre, vous devriez notifier le changement dans l’application.

En conséquence, le marquage « Placewithedits » apparaîtra pour signaler aux prospects et clients que votre emplacement a été modifié depuis sa création. Cet outil de Google peut également permettre de savoir qu’un local commercial a été vendu ou loué à une autre personne. En tant que professionnel, il faut savoir que vous n’êtes pas la seule personne pouvant modifier la position de votre local dans Google Maps. N’importe quel internaute peut le faire s’il constate qu’il y a vraiment eu un changement d’emplacement.

Vous pouvez cependant être rassuré, car de fausses informations ne seront pas prises en compte. Google veille à ce que les informations données à propos des emplacements indiqués dans son application de localisation soient exactes. En cas de modification, le moteur de recherche vérifie donc la véracité des informations avant de les valider et d’afficher le Placewithedits.

Placewithedits : quel impact sur le SEO ?

Le SEO (Search Engine Optimization) ou référencement naturel sur Google est soumis à des critères. Le non-respect de ces derniers entraîne des pénalités pour le site fautif. L’apparition du jour au lendemain de la mention « Placewithedits » sur votre page web pourrait vous donner des inquiétudes par rapport au SEO. Il ne s’agit cependant pas d’une pénalité de Google. De même, si vous vous demandez si le marquage « Placewithedits » impacte positivement le référencement de votre site, il faut savoir qu’il n’en est rien.

Cette mention n’a aucune influence sur le positionnement sur le moteur de recherche. Son seul rôle est d’informer les internautes que des changements ont été faits sur la page consultée. Si vous modifiez des informations dans Google My Business ou Google Maps afin d’améliorer le SEO, la mention « Placewithedits » apparaîtra. Cela ne signifie pas que cette mention a un quelconque effet sur le référencement.

Comment afficher Placewithedits sur une page web ?

Le marquage « Placewithedits » étant le symbole de la mise à jour fréquente d’une page, vous souhaitez peut-être le voir sur votre page Google My Business ou dans Google Maps. Pour faire apparaître cette mention, vous devez impérativement modifier au moins une information. Allez sur votre page Google My Business ou dans l’application Google Maps. Connectez-vous à votre compte professionnel.

Vous pouvez également retrouver la fiche d’informations de votre entreprise ou boutique en effectuant une recherche dans l’application de localisation. Sur la page ciblée, cliquez sur la photo de profil et ensuite sur « Modifier le profil ». Vous aurez alors la possibilité de changer une information, une photo ou une vidéo. Une fois la modification effectuée, Google devrait la valider dans les minutes qui suivront. La mention « Placewithedits » fera alors son apparition, signe d’une nouvelle mise à jour de la page. Cela permettra de montrer que votre entreprise est toujours active.

Est-ce possible de supprimer la mention « Placewithedits » ?

Pour une raison ou une autre, vous pourriez ne pas vouloir voir la mention « Placewithedits » sur votre page ou profil. Si vous pouvez provoquer l’apparition de ce marquage, le contraire n’est pas possible jusque-là. Vous ne pouvez pas retirer cette mention de votre page web. Ce n’est même pas possible de la masquer.

Les pages de renseignements de Google My Business et de Google Maps ne fournissent pas des informations pour supprimer ou voiler le symbole. La mention « Placewithedits » finit par disparaître d’elle-même. Puisqu’elle n’a aucun effet négatif sur votre activité, il ne servirait à rien de vous acharner pour la faire disparaître. Ce marquage indique simplement que des modifications récentes ont été effectuées. Il s’agit donc d’un bon indicateur d’activité d’une société.

FacebookTwitterPinterestEmail
metier de consultant seo

Le consultant SEO est un expert du référencement naturel et du webmarketing. Il intervient chez ses clients pour améliorer le positionnement de leur site dans les résultats des moteurs de recherche. Il doit donc analyser la situation actuelle du site de son client, lui faire ses meilleures recommandations pour améliorer l’existant et suivre les performances de la nouvelle stratégie qu’il mettra en place. Le SEO étant en constante évolution, le consultant doit également se tenir au courant des derniers développements en matière de référencement naturel.

 

Le métier de consultant SEO

Cet expert travaille au sein d’une entreprise, d’une agence de webmarketing ou en freelance. Il doit avoir de solides compétences en communication, en marketing et en informatique. Ce professionnel planifie, met en place et gère la stratégie SEO de son entreprise ou de son client. Il intervient à plusieurs niveaux comme le webmarketing, l’analyse de la stratégie actuelle, la planification de la nouvelle stratégie SEO, la construction de liens et le choix des mots-clés, etc. Pour plus d’informations sur la vision

Ses missions varient en fonction des besoins du client, mais il est toujours contacté pour améliorer la présence en ligne. Il peut être sollicité pour créer une première stratégie SEO pour un client qui n’a pas encore défini la sienne ou améliorer celle qui est actuellement en place.

Ses responsabilités incluent les éléments suivants :

  • faire un audit du site
  • planifier, développer et implémenter la stratégie SEO
  • améliorer le référencement organique du site
  • identifier et contrôler les KPI du retour sur investissement (ROI)
  • maximiser le ROI
  • effectuer une recherche approfondie des mots-clés pertinents
  • préparer et présenter les rapports au client
  • identifier les différents personas pour un meilleur ciblage de l’audience
  • identifier les faiblesses et problèmes actuels et proposer des axes d’amélioration
  • faire des recommandations pour l’optimisation des procédures et de la productivité
  • travailler de concert avec les services marketing et de développement web pour la mise en place de ses recommandations
  • se tenir informé des développements dans le secteur du SEO

Dans certains cas, le client pourra également solliciter le consultant SEO pour l’optimisation de sa présence sur les réseaux sociaux, ou SMO. Sa mission consistera alors à utiliser ces plateformes pour générer du trafic vers le site web du client, mais aussi à faire en sorte que le contenu de son site puisse être partagé en externe.

missions consultant seo

Consultant SEO : Etudes, diplômes, salaire et formation

Réaliser les différents audits

Pour pouvoir conseiller son client, le consultant SEO commence par analyser les performances de son site et de sa stratégie actuelle. Une bonne stratégie repose sur trois aspects d’un site : l’on-site, la sémantique et l’off-site.

L’on-site constitue la base de la stratégie et concerne l’aspect technique du site. Le consultant SEO analyse le design du site et son code HTML, son indexabilité, son optimisation pour le crawl et son maillage interne. La qualité de ces différents éléments facilite ou complique le travail des bots des moteurs de recherche.

L’expert vérifie également son adaptabilité sur tous les supports – mobile comme PC. Le responsive design est d’une importance critique, car un grand nombre de visites sont effectuées sur smartphone ou tablette. Un site non adapté au mobile décourage le visiteur et raccourcit drastiquement le temps qu’il passera dessus. Le design du site doit être aussi fluide sur mobile que sur ordinateur. S’il est simplifié, il doit tout de même permettre au visiteur de trouver ses repères sans trop de difficulté.

La sémantique concerne les mots-clés utilisés, la pertinence des informations, la qualité du contenu et le balisage META. Comme le contenu doit être adapté à l’audience, le consultant SEO doit identifier les cibles et analyser la stratégie de la concurrence par rapport à ces cibles.

Le dernier axe de la stratégie SEO est sa popularité off-site. Elle se traduit par les backlincks (pilier fondamental du netlinking), le référencement local (sur My Google Business par exemple) et aussi par la stratégie du client sur les réseaux sociaux.

Faire des recommandations pour la stratégie SEO

Suite au travail de fond et d’analyse, le consultant SEO est en mesure d’identifier les faiblesses de la stratégie de son client. Il lui fait ses meilleures recommandations stratégiques en fonction des moyens disponibles.

S’il juge que l’aspect technique du site de son client est défaillant, il pourra lui proposer certaines modifications. Un site trop ancien ou mal structuré nécessitera parfois une refonte totale pour obtenir les meilleurs résultats, tandis qu’un site optimisé facilite le travail des bots des moteurs de recherche. Dans ce dernier cas, le consultant se concentrera sur son contenu et sur l’aspect off-site. Le contenu doit faire l’objet d’une stratégie à part entière. Elle va permettre au client de se positionner sur des thématiques bien définies et qui vont attirer plus d’audience sur son site. Un contenu optimisé aidera aussi à faciliter le crawl du site.

Le consultant SEO pourra proposer une stratégie off-site à son client pour améliorer la popularité de son site. Les liens externes (backlinks) sont pris en compte par les moteurs de recherche et permettent d’optimiser le référencement d’un site de manière naturelle. Le consultant peut proposer à son client de planifier ou d’améliorer sa stratégie de netlinking pour booster sa visibilité web de manière durable et sans passer par le SEA (référencement payant).

Analyser les performances et le ROI du SEO

Après avoir mis toutes ses recommandations en place, le consultant SEO doit contrôler les performances de la nouvelle stratégie mise en place.

Il identifie les KPI et les outils les plus appropriés pour leur suivi. Il s’agit par exemple du volume de trafic organique, du classement des mots-clés utilisés, du temps passé sur le site et sur différentes pages, ainsi que de la qualité et de la quantité des backlinks. Ces KPI peuvent être contrôlés grâce aux outils gratuits des moteurs de recherche. Pour une analyse plus poussée et plus fiable, le consultant SEO pourra choisir de les combiner à des solutions plus complètes et payantes, en adaptant toutefois sa stratégie au budget du client.

Il rapporte ensuite les résultats obtenus et l’analyse qu’il en fera au client. Cela permettra à ce dernier d’évaluer les retombées commerciales de son travail.

Sources annexes :

 

FacebookTwitterPinterestEmail

Définition de dropshipping

par Laurent
definition dropshipping

Le dropshipping est un modèle de business qui a vu le jour aux États-Unis et au Canada, et qui est utilisé par les grands sites e-commerces. Ce business en ligne consiste, pour le vendeur, à servir d’intermédiaire et donc à commercialiser un produit qui ne lui appartient pas et qu’il ne possède pas en stock.

Le dropshipping : fonctionnement et avantages

Le dropshipping, dont la traduction en français est livraison directe ou expédition directe, est un type de e-commerce devenu très populaire ces dernières années. En réalité, il est question d’un système de vente en ligne qui met en jeu trois acteurs, à savoir :

  • Le drop shipper ou revendeur : il dispose d’une boutique en ligne sur laquelle il met en avant les produits appartenant à une autre personne et sur lesquels il possède une marge après leur vente
  • Le fournisseur (grossiste ou usine de fabrication) : c’est celui qui possède les articles proposés par le revendeur
  • Le consommateur : c’est le client qui achète le produit via le site du drop shipper

Il s’agit donc d’un système tripartite dans lequel le client procède à l’achat d’un article se trouvant sur le site e-commerce du dropshipper. Ce dernier qui est un distributeur intermédiaire achète la marchandise à un fournisseur tiers qui l’expédie directement au consommateur qui en a fait la commande. La pratique du dropshipping présente plusieurs bénéfices pour les distributeurs. En effet, celui-ci peut lancer son activité avec un petit investissement. Un autre avantage pour le e-commerçant est qu’il n’aura pas à gérer les contraintes logistiques et financières liées à la gestion des stocks et à la livraison du produit.

FacebookTwitterPinterestEmail

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies. Accepter Lire plus